Vacances: 4 conseils en cas de turista

Vakantie: 4 tips bij turista

30 à 50% des voyageurs en moyenne sont touchés par la turista. Souvent bénigne et de courte durée, la maladie peut néanmoins s’avérer incommodante, en particulier quand visites, balades et autres excursions sont au programme. Connaissez-vous les bons réflexes?

Identifier le coupable

Il fait beau, il fait chaud… Vous vous êtes laissé tenter par une crème glacée sur le marché local ou par cette salade qui vous faisait de l’œil au buffet de l’hôtel. Quelques heures plus tard, c’est le drame: vous êtes victime d’une diarrhée! La fameuse et tant redoutée «turista» a frappé. En cause: des micro-organismes pathogènes qui peuvent se retrouver dans la nourriture et l’eau. Note pour plus tard: en voyage, mieux vaut éviter les aliments crus (légumes, viande, œufs), les fruits qui n’ont pas été épluchés par vos soins, les glaces achetées en rue ou encore une bouteille d’eau déjà décapsulée, l’eau du robinet et les glaçons.

Contrer la déshydratation

En cas de diarrhée, il est essentiel de boire suffisamment pour compenser les pertes en eau et en éléments minéraux. Optez pour des bouillons ou préparez vos propres solutions de réhydratation en mélangeant 8 cuillères à café de sucre et une cuillère à café de sel par litre de liquide (eau pure ou thé dilué, par exemple). Pour les enfants, préférez les mélanges «tout faits» disponibles à votre pharmacie Multipharma. En l’absence de vomissements, mieux vaut continuer à manger léger, en privilégiant les aliments faciles à digérer (biscuits salés, riz, carottes cuites, pommes, bananes…) répartis sur des repas plus légers.

Verzacht de diarree

L’idéal est d’évacuer les microbes avec les selles. Mais quand l’accès aux toilettes est difficile, les médicaments permettant de diminuer leur fréquence peuvent s’avérer utiles, comme le lopéramide. Certains existent sous forme de comprimés à faire fondre sur la langue sans ajout d’eau, ce qui est pratique en vacances. Commencez par prendre deux comprimés, puis renouvelez la prise après chaque selle liquide. Arrêtez par contre d’en prendre dès que les selles se raffermissent. Pour les enfants, préférez le racecadotril, une autre forme d’antidiarrhéique (© Tasectan® Junior). Les probiotiques peuvent aussi être utiles. Demandez conseil à votre pharmacien Multipharma !

Repérer les signes d’alerte

Si la diarrhée persiste plus de 2-3 jours, qu’elle s’accompagne d’une forte fièvre (plus de 38,5°C), de crampes abdominales très douloureuses et/ou de sang dans les selles, mieux vaut arrêter de prendre des médicaments antidiarrhéiques et solliciter un avis médical au plus vite. Ces symptômes peuvent être le signe d’une forme de diarrhée plus sévère, qui nécessite un tout autre type de traitement. Dans ce cas particulier, il est préférable que les bactéries pathogènes soient évacuées du tube digestif par les selles et un traitement par antibiotiques est parfois nécessaire.

Tags: 

Laisser un commentaire

Javascript doit être activé pour utiliser ce formulaire.