Lombalgie: en finir avec le mal de dos!

lumbalgie

Vous avez souvent mal dans le bas du dos? Vous souffrez donc de lombalgie! Très fréquent, ce type de douleur n’est pas grave mais peut vite gâcher le quotidien… Comment le faire disparaître?

La lombalgie, c'est quoi?

La lombalgie se définit comme une douleur située au bas du dos, dans la région lombaire. Il s’agit en fait d’un symptôme et pas d’une maladie à part entière. 80% des adultes en souffrent à un moment ou à un autre de leur vie, ce qui lui vaut d’être surnommé le «mal du siècle»… 

Quelles causes?

Dans 90% des cas, la lombalgie est «commune», c’est-à-dire sans rapport avec une maladie ou un traumatisme, contrairement à la lombalgie dite «secondaire».

Elle est généralement liée à une cause mécanique touchant les muscles, les vertèbres ou les ligaments entourant la colonne. Elle peut se déclencher suite à un mouvement précis et brutal (lumbago) ou s’installer progressivement. 

Comment la soulager?

La lombalgie commune guérit le plus souvent d’elle-même. Cependant, plusieurs solutions peuvent aider:

  • le repos relatif, c’est-à-dire éviter les positions et/ou les mouvements douloureux. Toutefois, il faut reprendre au plus vite une activité physique, même modérée, afin de ne pas laisser s’affaiblir votre musculature, garante d’un dos en bonne santé;
  • l’application de chaleur, pour diminuer les tensions musculaires et soulager la douleur. Utilisez par exemple une ceinture chauffante au micro-ondes, comme le Thera Pearl;  ou un patch chauffant comme celui de ThermaCare
  • les antidouleurs (ou des anti-inflammatoires prescrits par votre médecin), pour calmer une douleur vive durant les premiers jours;
  • des séances de kinésithérapie. Objectif: lutter contre les contractures musculaires, corriger une mauvaise position… et éviter ainsi des épisodes futurs de lombalgie ou un passage à l’état chronique.

En cas de lombalgie secondaire, c’est-à-dire lié à un traumatisme ou une maladie, il faut commencer par traiter la cause des douleurs.

Misez sur la prévention!

Misez sur la prévention!

Au quotidien, vous pouvez appliquer différents conseils pour diminuer les contraintes sur le bas du dos.

1) Bougez! L’activité physique régulière est l’arme n°1 contre la lombalgie: une bonne musculature assure le maintien de la colonne et la protège. Faites du sport pour muscler et assouplir votre dos et travaillez vos abdominaux sous forme de gainage. Ce sera aussi une bonne façon de prévenir le surpoids qui, en imposant une plus grande pression sur la colonne, favorise la lombalgie. Demandez conseil à un kinésithérapeute.

2) Adoptez une bonne posture!

Vous passez de nombreuses heures assis(e) devant votre ordinateur depuis la rentrée? Ou debout derrière un comptoir? Quelques précautions s’imposent…

  • Lorsque vous êtes assis(e), tenez-vous droit(e). Gardez les épaules basses et décontractées et la tête droite. Au besoin, ajustez la hauteur de votre écran et/ou de votre chaise. Vos pieds doivent reposer à plat sur le sol ou sur un escabeau.
  • Debout, gardez la tête droite (regard à l’horizontale), les épaules décontractées et légèrement en arrière et le ventre rentré.
  • Ne restez pas trop longtemps dans la même position! Si vous restez debout plusieurs heures, posez à tour de rôle un pied puis l’autre sur un escabeau pour varier la position du bassin. Si vous êtes assis(e) en permanence, levez-vous chaque heure durant quelques minutes et bougez (pour aller chercher un verre d’eau, par exemple).

3) Charges lourdes: utilisez les muscles des jambes et des bras! Accroupissez-vous, soulevez la charge avec vos bras et maintenez-la proche du corps tout en gardant votre dos droit lorsque vous vous relevez.

wat doen tegen lumbalgie

Les facteurs de risque de la lombalgie

  • La faible musculature
  • Le surpoids
  • Le fait de rester longtemps dans une même position
  • L’âge
  • Une profession exigeant le port régulier de charges lourdes, la réalisation répétée et intensive de certains mouvements (torsions latérales du tronc ou se pencher en avant), l’exposition aux vibrations.
  • Un ou plusieurs épisodes de lombalgie dans le passé
  • La grossesse

Les tips de notre expert Stéphane

Les antidouleurs (comme le paracétamol) et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofen, aspirine…) constituent une solution aux douleurs lombaires. Toutefois, ces médicaments ne doivent être pris que pour une courte durée. En effet, l’utilisation prolongée de ces médicaments représente un risque pour votre santé.

  • Veillez à respecter scrupuleusement les consignes de prise (dose, nombre de jours…) données par votre pharmacien ou votre médecin.
  • Pour le paracétamol, chez un adulte, ne dépassez pas la dose de 3 g par jour et respectez un intervalle d’au moins 4 heures entre chaque prise.

Laisser un commentaire

Javascript doit être activé pour utiliser ce formulaire.