Cystite: comment l'éviter et traiter?

cystite

Une femme sur deux souffre au moins d’une cystite dans sa vie. Si cette infection est fréquente, elle n’en reste pas moins invalidante… Comment l’éviter? Comment la traiter?

Symptômes

Sensation de brûlure, mauvaise odeur, présence de sang dans les urines…, en cas de cystite, uriner devient pénible! Ces symptômes, les plus fréquents, résultent d’une infection au niveau de la vessie. Dans la majorité des cas, celle-ci est prise d’assaut par des bactéries en provenance de la région périnéale (vagin, anus…). Ces bactéries se sont frayées un chemin via l’urètre, le petit conduit qui relie la vessie à l’extérieur du corps et par lequel s’évacue l’urine. À noter: de «bonnes» bactéries sont naturellement présentes dans la flore du vagin et de l’intestin, sans pour autant constituer un danger pour la santé. Mais c’est quand des bactéries atteignent la vessie que le problème survient: c’est la cystite assurée!

Une histoire de femmes

Merci l’anatomie: la cystite touche beaucoup plus souvent les femmes… En effet, l’urètre  d’une femme mesure 3 cm environ, contre une quinzaine de centimètres pour celui d’un homme. Les bactéries, en provenance du vagin ou de l’anus, ont donc beaucoup moins de chemin à effectuer pour atteindre la vessie!

Au cours de leur vie, les femmes traversent deux périodes au cours desquelles elles sont davantage sujettes à la cystite.

  • Les premiers rapports sexuels: ceux-ci peuvent perdre de leur charme, en causant ce qu’on surnomme la cystite de la nuit de noces. Des rapports sexuels plus fréquents peuvent irriter les muqueuses et provoquer de minuscules fissures. Celles-ci représentent une porte d’entrée pour les bactéries, notamment présentes dans la flore intime étrangère du partenaire. 
  • La ménopause: à cette période, l’imprégnation hormonale du tissu vaginal dégringole. Or, les hormones constituent une barrière naturelle contre les bactéries. Le vagin devient donc plus perméable aux bactéries, qui peuvent plus facilement migrer vers l’urètre, puis la vessie.

Des facteurs de risque

D’autres facteurs peuvent augmenter le risque de cystite:

  • L’hygiène intime: après avoir uriné, s’essuyer de l’arrière vers l’avant ramène des bactéries d’origine anale vers l’urètre.
  • La constipation: pousser pour aller aux toilettes crée une surpression au niveau de l’ampoule rectale, qui favorise la dispersion des bactéries vers la vessie.
  • La déshydratation: ne pas boire suffisamment freine l’élimination des bactéries, plus concentrées dans la vessie, via l’urine.
  • Les rapports sexuels: lors des rapports sexuels, des bactéries présentes dans le vagin peuvent être poussées vers l’urètre.

À l’attaque!

Si vous présentez les symptômes d’une cystite, n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant ou, en cas de récidives fréquentes ou de complications, un urologue. L’analyse d’un échantillon de votre urine, à l’aide d’une tigette urinaire, pourra confirmer le diagnostic. Si celle-ci révèle la présence de globules blancs dans vos urines, c’est qu’il y a bien un signe d’infection. Dans certains cas, un traitement «minute» vous sera alors prescrit. Il s’agit d’antibiotiques légers – à prendre durant un à trois jours – qui soulagent rapidement les symptômes. Dans 80% des cas, cette solution permet de soigner une cystite non compliquée.

Par ailleurs, le médecin demandera parfois une mise en culture de votre urine en laboratoire, notamment si l’infection est récidivante. Celle-ci a pour objectif de définir avec précision le germe pathogène responsable de l’infection, ce qui permettra d’adapter le traitement antibiotique si nécessaire.

Votre allié: la cranberry

La réputation de la cranberry (canneberge) n’est plus à faire en matière de prévention de la cystite. Mais quelle est son action? Si on prête à son jus la vertu d’acidifier l’urine en rendant le milieu hostile aux bactéries, les éléments-clés de cette baie sont les proanthocyanidines. Ces composants actifs se fixent sur les bactéries et les empêchent de s’accrocher à la vessie; celles-ci peuvent ainsi être éliminées via les urines.

Les tips de notre expert

Au quotidien, quelques bonnes habitudes peuvent vous aider à prévenir la cystite.

  • Buvez au minimum 1,5 litre d’eau par jour.
  • Allez aux toilettes au moment où le besoin se fait sentir et n’essayez jamais de vous retenir.
  • Essuyez-vous toujours d’avant en arrière après avoir uriné.
  • Pensez à uriner après chaque rapport sexuel pour éliminer les bactéries qui pourraient s’être introduites dans l’urètre.
  • Lavez-vous les zones intimes matin et soir avec un savon neutre, pour ne pas dénaturer le pH naturel de votre peau.
  • Préférez les sous-vêtements en coton plutôt qu’en matière synthétique.
  • Essayez d’éviter la constipation.
Tags: 

Laisser un commentaire

Javascript doit être activé pour utiliser ce formulaire.